Il faut aimer la solitude pour être photographe, a dit un certain Raymond Depardon.   

Il faut aimer la solitude pour être photographe a dit un certain Raymond Depardon...   J'ajouterais, il faut aimer le contact aussi. 

Entre ces deux opposés, toujours mon coeur balance. Retrait et désir de solitude du côté pile, fascination de la diversité et faim de relation du côté face... Réconcilier cette nature contradictoire, à la façon des marées.

Parfois, la nature m'appelle. Elle me trouve facilement. Sauvage et contemplative.
Parfois, le spectacle de la rue m'hypnotise. Vite, voler une scène, avant qu'elle ne s'évade.
La vie m'émerveille, la vie me transporte. Enchantement douloureux. 
Photographier exacerbe et apaise.

Et puis, il y a ceux qui s'offrent à l'objectif. Cadeau précieux...
Entre pudeur et impudeur, il est une nuance subtile. L'objectif sert de médiateur.
Chercher derrière le visage le silence de l'être.
Partager un questionnement, parfois une émotion.

Vous l'aurez compris, je me ressource dans les étendues désertes et le silence des cathédrales.
Pour mieux revenir vers ce qui m'intéresse et fait sens : la relation humaine.
Sous toutes ses coutures. Avec ses balafres et ses aspérités.

C'est ainsi que je veux vivre.
Ecrire avec des mots, avec la lumière.
Viser les étoiles, comme m'a écrit quelqu'un que j'estime.
Et rencontrer mes dissemblables.

Alors, si vous avez envie de partager une expérience humaine (shooting, reportages...), je me ferai une joie d'être disponible.